Chimiothérapie anti cancéreuse en pédiatrie

1 EPH Belfort, Université d’Alger 1 (Algérie), aggounesamira@hotmail.com
Samira AGGOUNE 1,

Résumé: Résumé :

Le nombre et la diversité des traitements antimitotiques mis à la disposition de l’oncologie médicale n’a cessé d’augmenter depuis 50ans. Cet arsenal thérapeutique a permis d’obtenir de plus en plus de réponses objectives et de rémissions complètes durables.

Mots clés : Chimiothérapie- Enfant – Algérie- plan cancer 2015-2019

Abréviations

Scinti tech/ scintigraphie au technicium

TDM thoracique/ Tomodensitométrie thoracique

TAP/ Thoraco Abdomino Pelvien

LA/ Leucémie aigue

CH PH/ Chromosome Philadelphie

 

I/Introduction

  1. Définitions :
  • Tumeur du latin tumor; tumerer : « enfler » connait une Origine subsaharienne.
  • Gonflement pathologique résultant de la multiplication excessive des cellules entrainant un :
  • Déséquilibre entre la mort des cellules et leur renouvellement
  • Echappe aux systèmes de régulation contrôlant la division des cellules
  • Peut être maligne ou bénigne
  • CANCER : latin et grec = « crabe »

Réalise une Tumeur maligne formée par la multiplication désordonnée des cellules d’un tissu ou d’un organe.

Cette prolifération est anarchique, se produisant par échappement aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication. Ces cellules sont capables d’envahir les tissus normaux avoisinants, en les détruisant et de migrer à distance pour former des métastases.

 

  1. Epidémiologie :

Les cancers chez les enfants ont augmenté de 13% en 20 ans, selon une étude de l’OMS.

Entre 2001 et 2010, l’incidence des cancers chez les enfants de moins de 14 ans a été de 140 cas pour 1 million d’enfants par an, évalue cette étude internationale, coordonnée par le Centre international de recherches contre le cancer (CIRC), l’agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le cancer le plus répandu dans cette tranche d’âge est la leucémie (presque un tiers des cas), suivie par les tumeurs du système nerveux central (20%) et les lymphomes.

L’étude a analysé environ 300.000 cas diagnostiqués dans 62 pays.

Selon les chiffres publiés en 2015 dans le rapport du Groupe franco-africain d’oncologie pédiatrique (GFAOP), chaque année, environ 1200 à 1300 cas de cancers pédiatriques sont diagnostiqués chez l’enfant en Algérie, ce nombre risque d’atteindre les 1450 cas à l’horizon de 2025.

Contrairement au cancer de l’adulte, les facteurs favorisant les cancers de l’enfant sont peu connus. Dans environs 10 % des cas, il existe des prédispositions héréditaires comme la mutation du gène RB1 retrouvée dans 50 % des cas de rétinoblastome.

Les facteurs environnementaux tels que les irradiations ionisantes à forte dose (cas d’accident nucléaire) et  les infections virales (certains lymphomes rencontrés en Afrique) sont les seuls facteurs connus à ce jour.

 

  1. II. Plan cancer Algérien 2015-2019

Ce plan cancer initié par ordre du président de la république, coordonné par Monsieur le professeur Zitouni  et le ministère de la santé. Ce plan cancer traite dans un chapitre à part

Le cancer de l’enfant, et plusieurs membres (dont moi-même) essayent d’élaborer des directives pour une meilleure prise en charge des pathologies cancéreuses pédiatriques.

Ce plan a pour objectifs :

  • Guérir plus de personnes malades
  • Préserver la continuité et la qualité de vie
  • Investir dans la prévention et la recherche
  • Optimiser le pilotage et les organisations

 

III. Boucle de prise en charge

 

La prise en charge de l’enfant en oncologie , doit être la responsabilité de plusieurs personnes notamment   par les médecins ( oncologues , pédiatres, chirurgiens , radiothérapeutes…) , les pharmaciens de l’hôpital ou de ville et bien sûr par l’infirmier et l’aide-soignant par d’autres intervenants qui peuvent être présents dans le parcours du malade ( associations, bénévoles….) ; ce qu’il faut retenir c’est que nous sommes tous des soignants , en partageant à part égale la bonne ou la mauvaise prise en charge du petit patient.

 

  1. Comment bilanter un cancer de l’enfant

Lorsqu’un néoplasie est suspecté chez l’enfant, celui-ci devrait bénéficier :

  • Bilan local de la tumeur : qui doit faire appel
  • Imagerie
  • Biopsie le + souvent (marqueurs tu, cytologie)
  • Technique la moins invasive possible
  • Examen histologique
  • Biologie moléculaire (diagnostic,  pronostic)
  • Bilan d’extension (Pet scan, scinti tech ou MIBG, TDM thoracique ou TAP….)
  • Bilan pré-thérapeutique (cœur, foie, rein, audition…)
  •  Préservation fertilité si indiquée (lymphomes++)

Le rôle de l’infirmier au courant de cette prise en charge est de :

  • information et écoute
  • Compréhension de la maladie et des traitements
  • Arriver à l’acceptation des soins par le jeune patient
  • Soulager les craintes et les maux du malade

 

Ces besoins paraissent être objectifs mais aussi subjectifs liés au ressenti (besoin relationnel ou psychologique…) , pas forcément en relation avec la pathologie, car les craintes du petit enfant ne sont pas toujours exprimés, et souvent mal évalués faute de temps, d’envie ou de formation des professionnels.

Son deuxième rôle aussi pendant l’hospitalisation, consiste à faire des  Bilans sanguins et urinaire selon le protocole, veiller à l’application des protocoles de soins notamment la prise en charge de la douleur, et des effets secondaires des médicaments en les connaissant et se familiariser à leur bonne prise en charge.

  1. Impact psychologique

Mérite un chapitre à part, car pierre angulaire de la prise en en charge de l’enfant en oncologie.

L’infirmier doit :

Rôle : information et écoute

  • Compréhension de la maladie et des traitements
  •  Acceptation des soins
  • Soulagement

Besoins objectifs mais aussi subj.

  • Liés au ressenti (besoin relationnel ou psychologique…)
  • Pas forcément en relation avec la pathologie
  • Pas toujours exprimés
  • Souvent mal évalués faute de temps, d’envie ou de formation des professionnels.
  1. Chimiothérapie anticancéreuse :

  2. Source de médicaments anticancéreux

Bas du formulaire

Le début de l’histoire de la chimiothérapie remonte à l’automne 1917. Nous sommes dans les mois les plus sinistres de la Première Guerre mondiale, qui a déjà fait des millions de morts pour rien. Plus de 5000 soldats alliés (essentiellement des Français, des Belges et des Canadiens) se reposent. Soudain, ils voient arriver sur eux des nappes de gaz verdâtre portées par le vent. Elles ont été lâchées par des machines inconnues manipulées par les Allemands, à quelques centaines de mètres de là. Personne ne se doute qu’il s’agit d’une nouvelle arme de destruction massive : le « gaz moutarde », la première arme chimique. Le gaz moutarde, au contact de la peau, forme d’énormes cloques. Les muqueuses sont attaquées, les yeux, lèvres et poumons brûlés. Toutefois, les hommes ne meurent qu’au bout de quelques jours d’infections généralisées et d’hémorragies. Ainsi que l’observeront les médecins, le gaz moutarde a l’effet épouvantable de détruire la moelle osseuse, supprimant les défenses immunitaires des victimes et stoppant le renouvellement des cellules sanguines.

Interdites par la Convention de Genève de 1925, les armes chimiques continueront néanmoins à être produites et utilisées. En 1943, les Allemands coulent un navire américain au large des côtes italiennes, près de Bari. Les cales de ce bateau sont bourrées de gaz moutarde qui se répand. Le médecin-colonel Steward Alexander, examinant les matelots tués par la catastrophe, confirmera que l’effet mortel du gaz moutarde vient de l’effondrement du nombre de globules blancs dans leur sang après quelques jours.

Il n’en fallait pas plus pour donner une étrange idée à deux jeunes scientifiques, Alfred Gilman et Louis Goodman de l’université de Yale, aux Etats-Unis, qui contribuaient au programme secret de recherche américain sur les armes chimiques (Chemical Warfare Service).Puisque le gaz moutarde détruit les globules blancs, ne pourrait-il pas servir à traiter les enfants souffrant du cancer du sang, ou leucémie, qui se caractérise par une prolifération incontrôlée des globules blancs dans le sang ?C’est ainsi que naquit la première chimiothérapie.

Parce que les plantes étaient vivantes, l’homme les a utilisées. Elles sont devenues des médicaments. Parmi les autres molécules anti leucémiques de synthèse évaluées en tests cliniques dans les années 1950, la 6-mercaptopurine (6-MP) démontra qu’une petite modification de structure chimique dans un composé nécessaire à la cellule pouvait inhiber la croissance d’une tumeur. Les célèbres alcaloïdes naturels de Vinca découverts récemment dans la pervenche de Madagascar. Cette pervenche produit deux principes actifs : la vinblastine et la vincristine, isolés entre 1958 et 1965, date à laquelle leur action anti-tumorale a été mise en évidence. Des extraits d’écorces d ’arbres, de feuilles, de lianes, de fleurs, de moisissures pour la fabrication des  dérivés de la podophylline,  streptomyces : anthracyclines, bléomycine.

 

  1. Principes et mode d’action :

La chimiothérapie réalise le traitement général visant à détruire les cellules cancéreuses ; son utilisation est de plus en plus croissante.

Les chimiothérapies notamment chez l’enfant se sont nettement améliorées, grâce à une pratique  fondée sur les résultats des essais thérapeutiques.

Son exercice demande une multidisciplinarité et l’infirmier constitue un élément incontournable dans cette équipe.

Malgré que les progrès thérapeutiques aient nettement améliorés la prise en charge (toxicité des drogues+++) mais des progrès sont souvent attendus.

  • Cette chimiothérapie est souvent utilisée en première intention (hémopathies malignes ,lymphomes)
  • Soit en adjuvant (rarement néphroblastomes localisés)
  • Soit en néo adjuvant (thérapie ciblée : LA avec Ch phl)
  • Séquelles : cœur, rein, croissance, cognition, audition, fertilité ….
  1. Chirurgie

Constitue le meilleur traitement des tumeurs localisées ; parfois utilisée dans la chirurgie des métastases (ex : nodules pulmonaires des métastases de néphroblastome) .

Elle est utilisée de plus en plus après chimiothérapie néo adjuvante ( neuroblastomes)

Ou bien pour évaluer la  chimio sensibilité pour les résidus post chimio.

Constitue une arme incontournable dans la prise en charge des tumeurs de l’enfant , malheureusement peu de centres sont habilités à cette prise en charge en Algérie ( sur Alger un seul centre » chirurgie infantile CHU Mustapha Bacha,  prend en charge pratiquement toutes les tumeurs de l’enfant cancéreux,) et c’est de soit un problème important de prise en charge qui es pourvoyeur de retard de prise  en charge et du coup d’un pronostic péjoratif .

VII.  Radiothérapie

 

Utilisée le plus souvent pour le contrôle local de tumeurs si chirurgie impossible ou en complément pour des tumeurs agressives, pour des métastases. Réalise une arme incontournable dans la prise en charge des lymphomes de hodgkin de l’enfant Les problèmes qui se posent sont surtout pour les enfants moins de 5 ans avec des séquelles neurocognitives, endocriniennes avec comme conséquences une atteinte de la croissance, des tumeurs secondaires.

Le problème majeur réside aussi dans le fait que cette radiothérapie se pratique sous anesthésie générale pour cette tranche d’âge d’où les difficultés de prise en charge. Là aussi, la prise en charge est grevée de retards importants et donc de risque de récidives et de rechutes, puisque peu de centres sont spécialisées dans la prise en charge de l’enfant (citons à titre d’exemple sur Alger le service de radiothérapie du CPMC et de l’HCA).

Conclusion

A l’ère actuelle et à l’éclosion de nouvelles pathologies cancéreuses il est temps :

  • Proposer à la Plateforme Nationale du Cancer,  un profil de fonction pour l’infirmière clinicienne en oncologie exerçant la fonction de case manager.
  • Identifier les besoins de formation continue des soignants exerçant en cancérologie et identifier les offres de formation permettant d’y répondre.
  • Vérifier l’adéquation entre la formation actuelle de l’infirmier et les besoins de compétences de ce dernier dans le domaine de la cancérologie.

 

Bibliographie

  1. Organisation Mondiale De la Sante. 12.04.2017
  2. Plan National Cancer Algérie 2015-2019.
  3. Bennett M.Pain management for chemotherapy-induced oral mucositis.Nursing Children and Young People. 28, 10, 25-29.14 October 2016. doi: 10.7748:ncyp.2016.e695.

 

  1. Philippe Colombat ; Samy Antoun et al . à propos de la mise en place des soins de support en oncologie : pistes de réflexions et propositions. Hématologie 2009 ; 1 (1) : 72-90.

 

  1. Sandra Poulard ; Aurélie Debray et al.Les soins de support en oncohématologie pédiatrique.2016.

 

  1. Viswanath Reddy Belum, Courtney Washington et al. Dermatologic adverse events in pediatric patients receivingtargeted anticancer therapies: a pooled analysis. Pediatr Blood Cancer. 2015 May ; 62(5): 798–806. doi:10.1002:pbc.25429.

 

  1. Amélie Vareliette. Réunion POHO 31 mai 2013.Risques liés à l’administration de chimiothérapie. Réseau régional de cancérologie de Midi ‐Pyrénées.Thésaurus de Chimiothérapie Neurologie. Mise à jour Mai 2013.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *